Goto main content


Pâques

​​​​​​​



L’ombre sinistre de la croix du Golgotha s’étirait encore sur les visages de la foule de passants horrifiés par l’ampleur du châtiment infligé à l’homme de Nazareth. Quant à ses disciples, pris de peur, ils s’étaient retranchés dans un silence absolu. D’ailleurs qu’auraient-ils pu faire ou dire ?

À l’aube du jour le plus agité de l’histoire, c’est d’une femme, Marie Madeleine, qu’est venue la première parole balbutiante et le tout premier témoignage : il est vivant ! Mais devant le tombeau vide, il faut plus qu’une déclaration. Marie Madeleine devra attendre de rencontrer le Ressuscité pour en devenir « l’apôtre des apôtres ». La rencontre du Christ sera également décisive à Pierre pour accéder à la foi. Seul l’apôtre Jean a pu voir dans le signe déroutant du tombeau vide l’indice, certes fragile mais irréfutable, d’une nouvelle vie et d’un nouveau jour. Entraîné par l’amour dans le trou béant du tombeau, il a compris que ce dernier ne se refermera plus jamais. Jean est devenu, à cause de cela, le modèle de la foi qui n’a pas besoin de voir.

La résurrection de Jésus est une réalité plus riche que nos mots. Elle libère l’humanité des forces du mal (le péché et la mort). Avec Robert Lebel, nous pouvons chanter :

Quand s'agitera la terre
À l'approche des lueurs
Et que sur nos champs austères
S'allumeront les couleurs,
Nous fêterons le mystère
D'une croix chargée de fleurs!
Et, comme au premier dimanche,
La lumière du Sauveur!

(R. Lebel, Printemps de Dieu)

Paroisse Notre-Dame de l'Eau Vive

30 Rue Saint-Onge, Gatineau, QC J8Y 5T6
(819) 777-0553
secretariat@ndeauvive.org

© 2021 Notre-Dame de l'Eau Vive. Tous droits réservés.

Créé par Communications et Société propulsé par SedNove