Paroisse Notre-Dame de l'Eau Vive

Homélie de Mgr Jean-Charles Dufour du 6 juillet 2014


14e dimanche ordinaire

Un évangile qui tombe bien à ce moment-ci de l’année où nous souhaitons nous reposer après un hiver difficile et une année de travail. On pense au repos physique, bien sûr.   Jésus lui-même a senti le besoin de se reposer parfois. Il dira à ses disciples, à leur retour de mission : « Venez à l’écart, dans un endroit désert, et reposez-vous un peu. »  C’est important le repos physique, mais on sent que Jésus va bien plus loin.

 « Prenez sur vous mon joug… mon joug est facile à porter et mon fardeau léger. »  Quand j’étais jeune, j’allais chez le voisin lui emprunter son joug, une pièce de bois ajusté autour du cou et des épaules qui permettaient de porter deux chaudières d’eau, bien plus faciles à porter sur les épaules qu’à  bout de bras. Jésus veut conjuguer sa force à la nôtre. Il s’adresse à tous ceux et celles qui trouvent la vie difficile pour leur faire découvrir un Dieu qui ne s’impose pas par la force, un Dieu qui n’écrase jamais, qui ne fait pas porter un fardeau trop lourd comme les pharisiens le faisaient.

« Et moi je vous procurerai le repos », nous dit-il. Il me semble que, dans l’évangile aujourd’hui, il nous offre plusieurs manières de nous reposer.

Dans le récit de la création, on nous dit que Dieu se reposât le 7e jour et qu’en contemplant tout ce qu’il avait fait, il vit que c’était bon et même très bon. En visite chez Marthe et Marie, alors que lui-même se repose, il invite Marthe qui s’inquiète et s’agite à agir comme sa sœur qui, assise à ses pieds, prend le temps de l’écouter. C’est le repos de la contemplation. Il vous est sans doute arrivé, parfois, de vous arrêter pour regarder ce que vous venez de créer ou de faire.   De temps à autre, prenons le temps de contempler ce que le Seigneur a fait de grand, de beau et de bon dans notre monde et dans nos vies. Et déjà, nous allons trouver du repos.      

On pourrait parler encore du repos du cœur.   Dans sa prière tantôt, Jésus nous disait encore : « Père, ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits ». Des fois, on s’entête tellement à vouloir tout comprendre, tout expliquer qu’on finit par se fatiguer et s’épuiser. Les enfants font le contraire : ils accueillent avec simplicité ce qu’on leur dit, parce qu’ils comprennent bien moins avec leur tête et bien plus avec leur cœur. Prenons le temps de nous reposer la tête et d’accueillir tout simplement avec notre cœur Celui que Dieu nous donne et qui nous révèle toute la tendresse de Dieu.

« Devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos », nous dit Jésus.   Ceux qui se fatiguent le plus, ce sont ceux qui ont le cœur dur, qui en veulent toujours plus et à n’importe lequel prix, qui ne sont jamais content de rien. On sait par expérience que tout ce qui est fait avec amour est léger, doux, agréable et loin d’être fatigant. Sainte Thérèse de Lisieux disait : « La croix que l’on traîne à contrecœur est plus lourde à porter que la croix que l’on porte avec cœur et avec amour. »  Jésus nous invite à être des doux et des humbles de cœur comme lui, à agir avec amour. C’est bien moins fatigant pour nous autres et pour les autres. 

La pire fatigue qu’on peut éprouver, c’est celle qui arrive quand on se dit : « Je suis donc tanné; ça ne me dit plus rien; je n’ai plus le goût à rien; je n’ai plus d’énergie. »  C’était l’état des Apôtres après la mort de Jésus! Ils n’ont ni l’envie ni la force de faire quoi que ce soit. On le voit en particulier chez les disciples d’Emmaüs qui s’en retournent dans leur village, sans espérance.

Mais le jour de la Pentecôte, le Ressuscité « répand sur eux son Souffle », sa Force, son Esprit. Alors, tout change, tout bascule. Ils oublient leur fatigue, ils renaissent; ils trouvent de la force, du courage, ils partent annoncer l’évangile partout dans le monde. S’il nous arrive de nous sentir fatigués, démotivés, déprimés parfois, prions le Seigneur de nous donner l’énergie de son Esprit, la force de Dieu pour nous redonner de l’élan. 

Allons vers Celui qui est doux et humble de cœur! « Il soutient ceux qui tombent, il redresse les accablés », nous disait le psaume. Attachons-nous au Christ et tout deviendra plus léger et plus facile à vivre.

Poursuivons notre célébration.