Paroisse Notre-Dame de l'Eau Vive

Homélie de Mgr Jean-Charles Dufour du 12 janvier 2014


Baptême du Seigneur

Dans l’Évangile qu’on vient d’entendre, il y a plein d’allusions importantes à l’Ancien Testament qu’on n’arrive pas à saisir.  Ça se comprend !  Mathieu écrit son évangile pour des Juifs qui connaissent les Écritures presque par cœur.  Ils étaient capables de saisir ces allusions, ce qui n’est pas notre cas.  Et comme ces allusions sont importantes, je prends un peu de temps pour vous les faire découvrir.

Première allusion !  « Jésus paraît sur les bords du Jourdain ».  Pour nous autres, ça ne veut pas dire  grande chose.  Pour nous, le Jourdain,  c’est presque rien à comparer à nos fleuves, mais,  pour les juifs,  le Jourdain  avait une signification immense.  Ils se souvenaient que leurs ancêtres avaient dû traverser ce fleuve pour entrer dans la Terre Promise.  En nous disant que Jésus paraît sur les bords  du Jourdain,  Mathieu cherche déjà à nous faire comprendre que Jésus est le chef d’un nouveau peuple  qu’il  veut le conduire vers  une autre Terre Promise qui est le Royaume de Dieu.  C’est déjà tout un enseignement sur Jésus.

Deuxième allusion !
  « Il vit l’Esprit de Dieu descendre et venir sur lui. »

Quand on lit la bible,  on voit que l’Esprit de Dieu passe d’un prophète à l’autre sans s’arrêter très longtemps.  Aussi, les juifs attendaient quelqu’un sur qui l’Esprit de Dieu reposerait en permanence.  Matthieu veut nous révéler que Jésus est ce prophète attendu depuis des siècles,  ce prophète sur qui l’Esprit de Dieu repose comme on ne l’avait jamais vu auparavant.   C’est encore tout un enseignement sur Jésus.

Troisième allusion !   « Comme une colombe »  Dans la bible, on voit Noé relâcher une colombe qui revient vers lui en tenant un rameau d’olivier dans son bec.  Noé  comprend que c’était la fin du déluge,  la fin d’une grande épreuve.  Mathieu nous fait comprendre que Jésus vient libérer l’humanité de ses épreuves,  qu’il vient renouer une nouvelle Alliance de Dieu avec son peuple,  qu’en Jésus,  ce peuple nouveau peut trouver l’amour et la paix.  

Quatrième allusion !  «Voici que les cieux s’ouvrirent ».  Un jour, le prophète Isaïe s’est écrié :  "Ah, si seulement tu déchirais les cieux, si tu descendais du ciel !"  En le disant, il traduisait tout l’espoir de son peuple.  Matthieu nous révèle que Jésus, c’est Dieu qui descend dans notre monde pour le sauver. 

On voit bien que toutes  ces allusions de Matthieu à l’Ancien Testament sont d’une grande importance.   Elles nous révèlent qui est Jésus,  le chef d’un  peuple nouveau qu’il veut conduire dans son Royaume,  le prophète par excellence qui est là pour nous révéler qui est Dieu,  ce Dieu qui se fait homme comme nous.  

Revenons au récit de l’évangile.  Jésus paraît sur les bords du Jourdain où des gens de partout venaient écouter le prophète dans le désert,  des gens qui  sont ébranlés par ses paroles qui les menacent du châtiment de Dieu à cause de leurs péchés.  Jean-Baptiste les incite à se convertir en se faisant baptiser,  pour noyer leurs péchés dans les eaux du Jourdain et s’engager  dans une véritable conversion.

Jésus lui-même, au milieu de ce peuple de pécheurs,  « paraît sur les bords du Jourdain  pour se faire baptiser lui aussi. »  Surprenant, parce que, lui, il n’a aucun péché à se faire pardonner.   Jean-Baptiste est le premier surpris  et veut l’en empêcher en lui disant que c’est lui, Jean, qui aurait besoin de se faire baptiser par Jésus. Mais Jésus lui répond : "Laisse faire maintenant : C'est ainsi qu'il convient d'accomplir toute justice."   Quand il dit qu’il vient accomplir toute justice,  Jésus manifeste qu’il veut s’ajuster à la volonté de Dieu, qu’il  accepte  de se laisser plonger au plus profond de notre humanité, de prendre sur ses épaules toute notre condition humaine avec ses péchés,  pour nous sauver.  C’est la volonté de Dieu, et il veut s’ajuster à cette volonté.

Cet évangile nous rejoint ! Nous vivons dans un monde qui souffre de la violence, de la haine, du racisme, de l'indifférence et de bien d'autres malheurs. En plongeant dans l'eau du Jourdain, Jésus nous annonce qu'il veut nous décharger de tout ce mal qu’il prend sur ses propres épaules.  Il nous demande de lui donner tout ce qu'il y a de pas beau dans notre vie, parce qu’il veut  nous en décharger, parce qu’il nous veut heureux. 

Le baptême de Jésus dans le Jourdain nous annonce le baptême que nous avons reçu.  Ce jour-là, non seulement nous avons été déchargés de nos fautes, mais  nous avons été plongés dans cet océan d’amour qui est en Dieu.  Dans tout son amour,  c’est sa propre vie que Jésus a déversé sur nous,  une vie nouvelle,  une vie qu’on ne veut pas vivre sans Dieu, mais avec Dieu.

Puissions-nous découvrir et redécouvrir que nous sommes les enfants bien-aimés du Père, comme Jésus,  des enfants appelés à grandir dans la fidélité et  dans l’écoute de la parole de Dieu. 

À plusieurs reprises, je vous ai parlé des Assemblées dominicales en l’absence du prêtre.  Après avoir constaté la situation de son diocèse, Mgr Durocher, à l’automne dernier, a demandé que dans chaque paroisse, on trouve au moins trois  personnes qui suivraient une journée de formation pour animer ce genre de célébration.   Et pour que ces personnes ne s’en tiennent pas seulement à un  enseignement théorique,  il a demandé que, dans nos paroisses, on organise concrètement ce genre de célébrations, pour mettre en pratique l’enseignement reçu.    

Aussi, mardi prochain, le 21 janvier, à 11h, il y aura ici à l’église, une célébration de la Parole en l’absence du prêtre.   Ce n’est pas rien ce genre de célébration.  Rappelons-nous que Jésus lui-même se rendait à la synagogue de son village pour des célébrations de la Parole.  Un jour,  c’est lui qui avait lu un extrait du prophète Isaïe.  

Alors, si vous en avez le temps, je vous invite à venir participer à cette célébration. 

Poursuivons notre prière.