Paroisse Notre-Dame de l'Eau Vive

Homélie de Mgr Jean-Charles Dufour du 28 juillet 2013


17e dimanche ordinaire

« Un jour, quelque part, Jésus était en prière. »   Tout de suite après, un de ses disciples, voyant probablement comment il priait, lui demande : « Seigneur, apprends-nous à prier. »  Nous aussi, les disciples de Jésus, je pense qu’on n’aura jamais fini de faire cette demande au Seigneur.  On aimerait bien prier mieux, avec moins de distraction, avec toute la confiance d’un enfant qui s’adresse à son père.  On connaît la suite! Jésus leur apprend la plus belle prière qu’on puisse connaître, le « Notre Père »;  la plus belle parce que c’est lui qui nous l’a enseigné, parce qu’elle nous permet de plus en plus de nous découvrir comme des enfants que Dieu aime et frères et sœurs les uns des autres.  « Seigneur, apprends-nous à prier. »

On n’est pas les seuls à prier! On le fait dans toutes les religions du monde! Et comme nous, tous, peu importe la religion, prient en  s’adressant à Dieu.  C’est ce que Jésus faisait et c’est ce qu’il nous a appris.

Mais notre prière à nous a quelque chose de bien particulier! Avons-nous déjà compris que c’est le Bon Dieu qui nous prie le premier.  Le Bon Dieu, c’est le père dans la parabole de l’enfant prodigue, qui sort dehors pour prier son plus vieux d’entrer à la maison pour faire la fête.  Le Bon Dieu, c’est Jésus qui, le soir de la dernière cène, prie ses disciples de se laisser laver les pieds.  Il ne faut jamais oublier! C’est toujours le Bon Dieu qui nous prie le premier, c’est toujours lui qui prend l’initiative.  Ça change tout! Ça veut dire que la prière chrétienne est d’abord et avant tout une réponse accueillante à la prière que Dieu nous fait.

De page en page, la Bible ne cesse de nous dire et de nous redire que Dieu est amour.  On le reconnait tout de suite en disant « Notre Père ».  Les seuls rapports que Dieu a avec nous sont des rapports d’amour. Nous croyons que Dieu nous aime, qu'il respecte profondément notre liberté, qu’il ne veut rien nous imposer.   C’est pour ça qu’il vient constamment nous prier, je dirais même qu’il n’a pas le choix.   Jésus lui-même, dans tout son être, est une prière que Dieu fait à l’humanité.   En Jésus, le Bon Dieu vient nous prier de l'accueillir comme un Père et de nous laisser adopter comme ses enfants. 

On prie beaucoup le « Notre Père »! On le prie bien trop vite parfois et un peu trop machinalement, sans trop nous arrêter à ce que nous disons.  Le « Notre Père », c’est une prière qu’on adresse à Dieu, mais je pense qu’en même temps, on peut y voir une prière que le bon Dieu nous fait, en nous disant par exemple;

 « Mon enfant, je t’en prie : sanctifie mon nom dans ta vie de chaque jour, fais  reconnaître au monde que je suis un Père;  collabore avec moi pour que mon règne vienne sur la terre;  cherche à faire ma volonté dans toutes tes activités de chaque jour; donne du pain à ceux et celles qui ont faim comme mon Fils l’a fait pour une foule affamée, donne le pain de ma Parole à ceux et celles qui cherchent un sens à leur vie;   pardonne aux autres comme je t’ai pardonné, et sans mesure;  tu me demandes de ne pas te soumettre à la tentation, ne fais pas chuter  ceux et celles qui sont autour de toi;  tu me pries de te délivrer du mal, et toi, libère ceux et celles qui sont aux prises avec le mal comme mon fils l’a toujours fait. »

Rappelons-nous! La prière chrétienne a quelque chose de bien particulier.  Elle est une réponse à la prière que Dieu nous fait le premier. En préparant mon homélie, j'ai trouvé une belle prière qui traduit bien ce que j’essaie de vous dire.  Je vous la lis en guise de conclusion.

« Mon enfant,

avant même que tu n'aies songé à moi,

j'avais, déjà, frappé à ta porte!

Bien avant que tu n'aies demandé,

je désirais depuis longtemps pouvoir te donner!

Avant même que tu ne commences à me chercher,

je t'avais cherché le premier.

Mais, tu ne sais pas demander!

Tu me demandes n'importe quoi,

et moi je veux te donner mon Esprit.

Tu me demandes de réussir un examen

et moi je veux te faire réussir ta vie!

Tu me demandes de gagner à la loterie,

et moi je veux te donner le Trésor de mon Amour.

Tu me demandes la santé du corps

et moi je veux te guérir tout entier

et te donner ma Vie pour l'éternité!

Tu ne sais pas frapper à la porte.

Tu frappes à la porte des marchands d'illusions

et moi je veux t'ouvrir la porte de la Vérité!

Tu frappes à la porte de tous ceux qui font du bruit

et moi je veux t'ouvrir la porte du silence!

Tu frappes à la porte des passions éphémères

et moi je veux t'ouvrir la porte

d'un amour sans frontières.

 

Tu ne sais pas chercher là où il faut!

Tu cherches la vérité dans les livres,

tu cherches partout les recettes du bonheur,

tu cherches par tous les moyens à sauvegarder ta vie,

alors que j'ai déjà déposé dans ton coeur:

ma vérité, ma paix, ma joie, mon bonheur

et les semences de ma Vie éternelle! »

Amen.