Paroisse Notre-Dame de l'Eau Vive

Homélie de Mgr Jean-Charles Dufour du 30 mars 2013


Veillée Pascale

Le premier jour de la semaine, de bonne heure le matin, des femmes se rendent au tombeau de Jésus. Elles n’ont pas fermé l’œil de la nuit, et leurs yeux encore lourds des veilles et des pleurs, elles s’en vont pour aller embaumer le corps de Jésus.   Tout est fini !  Tant d’espoir pour rien !  Tant de promesses déçues !  Il fait encore nuit, et surtout dans leur cœur. Pourtant ces amies de Jésus, comme les sœurs de Lazare, Marthe et Marie, croyaient en la résurrection,  mais dans cette résurrection très, très loin, à  la fin des temps. 

Elles découvrent un tombeau ouvert, la pierre roulée sur le côté. Elles pénètrent dans l’obscurité de la tombe et le corps de Jésus n’est pas là.   Imaginez le choc ! Le même qu’on peut vivre quand on rentre dans le tombeau obscur de nos mémoires douloureuses, de nos histoires d’abandon, de trahison, de blessures infligées ou reçues, des rejets vécus.

C’est alors que deux hommes en vêtement éblouissant se présentent à elles et leur disent : « Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts ? Il n’est pas ici, il est ressuscité. Alors que, ce soir, nous sommes rassemblés à la porte du tombeau, dans le jardin, avec toute l’Église, c’est le grand message qui retentit aujourd’hui à nos oreilles et dans notre cœur.

Quelle réaction avons-nous devant cette annonce extraordinaire? Celle des apôtres qui trouvent délirants les propos des femmes et ne croyaient pas? Celle de Pierre qui court au tombeau, ne voit que le linceul et s’en retourne chez lui, tout étonné? Ou encore, celle des  femmes qui se rappelèrent les paroles de Jésus annonçant qu’il serait livré, qu’il mourrait sur une croix, et qu’il ressusciterait le troisième jour.

Ce soir,  l’Église fait comme ces deux hommes qui invitent les femmes à se rappeler ce que Jésus avait dit. Par plusieurs lectures,  elle nous invite à nous rappeler les promesses que Dieu nous a faites tout au long de notre histoire.   Et non seulement elle nous les rappelle, mais en plus,  elle nous invite à relire des textes très anciens à la lumière de la résurrection de Jésus pour qu’ils touchent nos cœurs. 

On se rappelle que, dans le récit de la création, Dieu soufflait sur Adam pour lui donner la vie. Ce soir, il souffle l’Esprit du ressuscité sur nous pour nous recréer, faire de nous des hommes et des femmes nouveaux, pour nous ressusciter. Ce n’est pas pour demain mais ici et maintenant.

Dans le récit de l’Exode,  on voyait Dieu libérer son peuple de l’esclavage. Ce soir, dans la résurrection de Jésus, on comprend que Dieu ne se lasse pas de nous rejoindre dans nos histoires les plus sombres, les plus piétinées.  À son peuple qui ressemble à une femme abandonnée,  nous disait Isaïe, Dieu dit :   « Est-ce celui qui est ton époux depuis la création rejette la femme de sa jeunesse ? »  C’est à nous qu’il vient le dire, ce soir ! 

Et le prophète Ézéchiel nous disait que Dieu nous délivre de nos souillures ;  « Je vous purifierai, je vous donnerai un cœur nouveau, je mettrai en vous un esprit nouveau. »   Ce n’est pas pour demain, mais pour nous,  ici et maintenant.

Par le baptême, nous dit St Paul,  nous héritons de la résurrection du Christ qui travaille déjà en nous, qui nous permet de produire ces fruits qui sont amour, paix, joie, générosité, justice et bienveillance.   Ce n’est pas pour demain, mais pour nous,  ici et maintenant.

Les femmes au tombeau croyaient que la résurrection était très, très loin,  à la fin des temps. Toutes ces lectures que nous avons entendues nous permettent de réaliser que la résurrection n’est plus au loin, mais qu’elle est là, à notre porte. Elle n’est plus à venir, elle agit déjà en nous. C’est aujourd'hui, la Résurrection ! C'est cette nuit ! C’est pour nous ce soir, dans notre église, dans notre veillée pascale.

Ces derniers dimanches, à l’Église St Pierre Chanel, nous avons vécu des étapes au conduisent au baptême, avec un adulte, Alexis, qui sera baptisé tantôt. On peut dire qu’Alexis  a reconnu les traces du ressuscité dans sa vie,  qu’il a réalisé que Jésus ressuscité s’est fait proche de lui. Comme nous, il réalise que la résurrection, ce n’est pas pour demain, mais ici et maintenant.    

Comme lui,  souvenons-nous de tout ce que nous avons vécu jusqu’à aujourd’hui, et nous découvrirons avec reconnaissance la présence humble et discrète de Jésus ressuscité qui nous conduit peu à peu vers la Vie en plénitude, vers la résurrection finale et définitive.

Poursuivons notre prière.