Paroisse Notre-Dame de l'Eau Vive

Homélie de Mgr Jean-Charles Dufour du 15 avril 2012


2e dimanche de Pâques

On est porté à penser que l’expérience des disciples de Jésus après sa résurrection, ça a été de le voir apparaître alors que les portes sont bien verrouillées, de l’entendre ou de le toucher comme Thomas dans l’évangile. Mais ça a été une expérience beaucoup plus profonde. Oui, ils découvrent que non seulement Jésus est vivant mais surtout qu’il les fait vivre.

C’est encore vrai aujourd’hui!  Vous avez remarqué la dernière phrase de l’évangile : « Ces signes ont été mis par écrit pour que, par votre foi, vous ayez la vie en son nom », pour que vous ayez la vie en son nom.  Tout l’Évangile nous parle de cette vie que Jésus donne.    

On vient de voir Jésus dire à Thomas: « Cesse d’être incrédule, sois croyant » et il ajoute à notre endroit : « Heureux ceux qui croient sans avoir vu ».

Huit jours auparavant, Thomas avait affirmé haut et fort aux apôtres : « Non, je ne croirai pas » et aujourd’hui, on le voit devenir croyant. Pas croyant parce qu’il a pu toucher les plaies de Jésus, mais croyant parce qu’il a vu le ressuscité. Il a vu ce qui lui apparaissait impossible, et ça, pour lui, c’est une grâce que le Ressuscité lui fait.  Alors, dans une foi tout humble, il devient reconnaissant devant la puissance de Dieu qui vient transformer sa vie et il s’écrie. « Mon Seigneur et mon Dieu. »   On sait que Thomas est devenu un grand témoin de sa foi :  la tradition nous raconte que Thomas aurait évangélisé la Syrie et la Perse pour se rendre ensuite en Inde.

Thomas!  Saint Jean nous dit que son nom signifie « jumeau ». Thomas, c’est notre petit frère jumeau! Comme lui, on se pose des questions; on éprouve des doutes parfois;  on voudrait des preuves, des signes. Et comme lui, nous sommes des croyants que Thomas vient réconforter dans nos incertitudes;  il nous montre que chaque doute peut déboucher sur une issue lumineuse.  Son beau cri de foi « Mon Seigneur et mon Dieu », nous encourage à poursuivre notre chemin de foi  et à être des témoins du Ressuscité nous aussi malgré toutes nos difficultés.

Et puis, le même Saint Jean nous disait dans la 2e lecture : «  tout homme qui aime le Père aime aussi celui qui est né de lui. » 

 

 

La vie de Dieu, c'est une vie d'amour déposée par le Père comme une perle au fond de notre cœur.   La vie de Dieu, c’est cette vie qui fait de nous des enfants aimés de Lui, cette vie qui fait de nous des frères et des sœurs dans la foi, cette vie qui nous donne la force de vivre au quotidien les chemins de Dieu, chemins d’amour, d’accueil, de partage, comme on l’a entendu dans la 1re lecture.

Toujours dans l’Évangile, Jésus dit deux fois :  « La paix soit avec vous. »  Et on le voit donner aux apôtres le pouvoir de pardonner.

La vie de Dieu,  c'est cette vie de paix semée au plus profond de nous-mêmes pour qu’on ne s’enferme pas derrière les portes verrouillées de l'égoïsme, du doute, de la peur ou de l'indifférence. La vie de Dieu en nous, c’est une vie de confiance en la miséricorde de Dieu au milieu des difficultés et des épreuves de notre monde.   La vie de Dieu en nous, c’est d’offrir l’Évangile de Pâques comme un rayon de lumière aux hommes et aux femmes de notre temps, comme une consolation à tous ceux et celles qui sont affaiblis par la souffrance ou le poids de leurs fautes au point d’être tentés par le désespoir.

C’est tout ça, la vie de Dieu!  Une vie forte et puissante qui soulève les êtres fragiles, les boiteux de la foi que nous sommes parfois pour nous envoyer vivre notre foi au milieu du monde, dans tous ces lieux où nous sommes: pour serrer avec chaleur et au nom du Christ, les mains marquées par les clous de la souffrance; pour consoler les cœurs transpercés par le chagrin.

Cette vie-là faite d'amour, de paix, de fidélité, de lumière, est en nous parce que nous sommes des baptisés, parce que « nous croyons que Jésus est le Christ et que nous sommes vraiment nés de Dieu », nés de l'amour éternel de Dieu. Pendant notre célébration, d’un même cœur, demandons au Seigneur de faire grandir de plus en plus sa vie en nous pour que nous devenions, comme ses disciples, des témoins du Christ ressuscité, au milieu de ce monde qui a tant besoin d'amour et de paix.

Pendant notre célébration, laissons retentir dans nos cœurs le cri de foi de Thomas : « Mon Seigneur et mon Dieu. »

 

Poursuivons notre prière.