Paroisse Notre-Dame de l'Eau Vive

Homélie de Mgr Jean-Charles Dufour du 18 décembre 2011


4e dimanche de l'Avent

L’Écriture nous dit de Marie : « Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur ».    Dimanche dernier, c’était le dimanche de la joie, et aujourd’hui, nous sommes invités à avoir une foi heureuse comme Marie. Mais, qu’est-ce que ça veut dire avoir une foi heureuse?

Dans toutes les religions du monde, on voit bien que les gens parlent à leur Dieu, qu'ils cherchent à attirer sur eux ses bienfaits en le priant. Notre foi à nous est bien différente! Bien sûr, on parle au Bon Dieu, mais il faut comprendre que c’est surtout lui qui nous parle, qui nous dit ce qu’il attend de nous, qui nous prie de lui permettre de prendre une place dans notre cœur.

On le voit très bien en Marie. Elle entend Dieu lui parler par la parole de l’ange ;  elle entend Dieu la prier d’accepter d’être la mère de son Fils, lui demander de répondre « Oui » à sa demande. Et en disant « Oui », Marie connaît le plus grand des bonheurs, elle devient la plus heureuse des femmes.

Si nous voulons vivre une foi heureuse comme Marie, connaître son bonheur, il faut agir comme elle : écouter Dieu nous parler, nous prier, nous dire ce qu’il attend de nous. Écoutons Dieu nous parler, nous prier, nous dire ce qu’il attend de nous. 

Un peu plus tard, l’évangile nous raconte que Marie se met en route rapidement vers une ville de la montagne de Judée, pour aller voir sa cousine Élizabeth, enceinte elle aussi malgré sa vieillesse. Marie répondait à l’annonce de l’ange : « Que tout se passe pour moi selon ta parole ». Elle a répondu « Oui » avec amour, avec son cœur. Et elle court le dire. Rapidement !  Elle n’a pas une foi qui se traîne les pieds. 

Plus tard encore, on verra la même chose chez les premiers apôtres. Jésus s’approche d’eux, les appelle, et « Aussitôt, ils le suivent. »  Rapidement comme Marie, avec le même élan, comme Marie. Si nous voulons vivre une foi heureuse, il faut comprendre que notre foi ne peut pas être une foi qui se traîne les pieds.

 « Qu’il me soit fait selon ta Parole », disait Marie. Reconnaissons humblement que nous faisons souvent le contraire. On demande souvent au bon Dieu de faire selon notre parole à nous, « Fais ce que moi je veux! »  On a une foi revendicatrice, une foi qui exige toute sorte de choses au Bon Dieu.   Si nous voulons une foi heureuse, c’est le contraire qu’il faut faire, avoir une foi qui offre notre disponibilité à Dieu, une foi qui lui dit : « Qu’il me soit fait selon ta Parole! »,  une foi qui cherche à faire la volonté de Dieu et non la nôtre.

Quand Marie arrivera chez sa cousine, celle-ci « remplie de l’Esprit Saint s’écria d’une voix forte… »  Elle non plus ne fait pas la timide, elle crie sa joie d’accueillir Marie, sa foi en Dieu qui a fait des merveilles en Marie et en elle. 

Jésus, dira la même chose à ses Apôtres : « Ce que l’on vous dit à l’oreille, criez-le sur les toits… »  La foi, ce n’est pas juste écouter Dieu dans le silence, ce n’est pas seulement méditer,  c’est dire les merveilles que Dieu fait pour nous et pour le monde. On le sait très bien, quand on vit un beau moment de joie, on a envie de le dire aux autres. Ne soyons pas des chrétiens timides,  mais des chrétiens heureux de croire et qui se font entendre.

Une foi heureuse, ce n’est pas une foi invisible, c’est une foi qui se fait voir. Marie fait voir sa foi, Élisabeth fait la même chose, et même l’enfant qui est en elle tressaille d’allégresse en son sein.   Faisons voir et montrons notre joie de croire.

Vivons une foi heureuse, une Foi joyeuse! Alors notre cœur sera tout en Musique pour faire entendre aux autres la Musique du Bon Dieu!  

Poursuivons notre célébration en chantant notre joie de croire.