Paroisse Notre-Dame de l'Eau Vive

Homélie de Mgr Jean-Charles Dufour du 8 mai 2011


3è Dimanche de Pâques

Si vous cherchez à mieux comprendre ce qu’est l’Eucharistie,  je pense qu’il n’y en a rien de mieux que de lire et relire l’évangile qu’on vient d’entendre.

Deux hommes retournent à la maison en jasant du drame qu’ils viennent de vivre à Jérusalem.  Un inconnu se joint à eux sur la route, s’intéresse à leur conversation puisqu’il leur demande : « De quoi discutiez-vous tout en marchant?  Quels événements? »  Et ils racontent leur histoire. Ça vient déjà nous dire quelque chose sur l’eucharistie. Il nous arrive de vivre des déceptions, des échecs, des deuils cruels, des situations humainement insolubles.  Prenons le temps de les raconter à Jésus qui marche avec nous. Nous le faisons, par exemple, dans la prière universelle où nous présentons au Seigneur les situations concrètes de l’Église, du monde, des pauvres et de notre communauté.   L’Eucharistie ne veut pas être loin de notre vie, pas plus que l’évangile qui nous invite constamment à nos engager dans des réalités bien concrètes. Quand on vient à l’église, ce n’est pas le temps de laisser sur le perron nos soucis, nos joies et nos peines, les événements que nous vivons.

Les deux disciples sur la route savaient tout sur Jésus,  son village, sa vie, et même sa résurrection, mais il leur manquait un petit quelque chose pour qu’ils le « reconnaissent », pour que leurs cœurs deviennent « brûlants ».  Il leur manquait la foi.  Aussi, Jésus prend le temps de leur expliquer tout ce qui le concernait dans l’Écriture.  Il projette la lumière de sa Parole pour les éclairer sur les événements de sa vie et de sa passion.  C’est la même chose pour nous! Nous avons besoin d’écouter la Parole  pour voir clair dans nos vies, dans nos déceptions, nos échecs et nos découragements.  En écoutant les lectures le dimanche, on devrait toujours se demander, "Qu'est-ce que le Seigneur veut me dire de lui aujourd'hui?  C'est quoi le projet qui habite son cœur?  Comment ça vient me rejoindre?  Les deux disciples disent :  "Notre cœur n'était-il pas brûlant pendant qu'il nous parlait sur la route?"  C’est ce que le Seigneur veut faire pour nous dans sa Parole, nous réchauffer le cœur, nous encourager, faire grandir notre l'espérance.



Puis, "Quand il fut à table avec eux, il prit le pain, dit la bénédiction, le rompit et le leur donna", les mêmes gestes que je vais faire tantôt.  Les premiers chrétiens parlaient moins de l’Eucharistie et plus de la « fraction du pain »  parce que le corps de Jésus avait été rompu sur le croix, parce qu’ils voyaient, dans ce geste, que Jésus avait tout donné, qu’il avait tout partagé, jusque dans sa Passion, jusque dans sa mort sur la croix.

La fraction du pain à la messe,  c’est un geste qui devrait nous déranger beaucoup,  parce que ce geste nous invite au même partage que Jésus, qu’il nous invite à donner comme Jésus.  Vous le savez on donne quand on aime, quand on écoute, quand on pardonne, quand on rend service, quand on se donne.   Quand on s’approche pour recevoir le Corps du Christ, ça veut dire qu’on s’engage à partager comme lui, à faire quelque chose pour les autres.

Et puis, au moment où Jésus disparaît à leurs yeux, sans attendre, ils se lèvent et retournent à Jérusalem.   On fait la même chose.  Après avoir écouté la Parole, avoir partagé le pain, le prêtre nous dit à la fin :  "Allez, dans la paix du Christ".  Il ne dit pas : « La messe est finie!  C'est beau, vous avez accompli votre devoir, vous pouvez maintenant passer à d'autres préoccupations! 

Il me semble que ce qu’il veut nous dire c’est :   « Vous qui venez d'entendre la Parole de Dieu, allez maintenant la mettre en pratique.  Allez témoigner de ce que vous avez entendu et de ce que vous croyez. Vous qui êtes venus rendre grâce à Dieu le Père, faites voir le sens de la vie à ceux et celles qui désespèrent, donnez leur une parole d'espérance. Vous qui vous êtes rappelé que le Christ a donné sa vie par amour,  allez donner votre vie comme il a donné la sienne.  Allez vivre pour les autres comme il vous en a donné l'exemple.  Allez aimer, allez pardonner! Vous qui avez prié pour la paix, qui avez demandé à Dieu de répandre ses bienfaits sur tous ceux qui peinent et souffrent, allez soulager ceux qui peinent; allez réconforter ceux qui souffrent.  Allez bâtir la paix.  Oui, allez!  La messe à l'église est terminée.  Maintenant, c’est en plein milieu du monde qu’elle se poursuit.

Poursuivons notre prière.