Paroisse Notre-Dame de l'Eau Vive

Homélie de Mgr Jean-Charles Dufour du 30 janvier 2011


4e dimanche ordinaire

J'aimerais bien connaître votre réaction suite à l'évangile qu'on vient d'entendre. On peut trouver que c’est une des plus belles pages de l’évangile, mais on peut se dire aussi : « C’est un petit peu trop pour nous autres! »  « Heureux les pauvres, heureux ceux qui pleurent, heureux les persécutés »,  c’est un petit peu trop fort pour du monde ordinaire comme nous autres.

Bien sûr, on veut bien reconnaître que Jésus a vécu les béatitudes, mais Jésus, ce n'était quand même pas n'importe qui, c'était l'Envoyé de Dieu, le fils de Dieu en personne.  On veut bien reconnaître encore que quelques personnes ont réussi à vivre l'idéal des béatitudes présenté par Jésus: les saints, les saintes, des personnes qu'on considère comme bien spéciales.

Pourtant, les béatitudes, c’est aussi pour nous autres.  Vous vous rappelez que Moïse avait reçu les dix (10) commandements sur une montagne, des commandements pour tout le peuple qu’il conduisait.  Comme Moïse, Jésus, sur une montagne, donne une loi nouvelle, des chemins nouveaux, les béatitudes à tous ceux et celles qui sont ses disciples, qui marchent à sa suite.

Les Béatitudes, c'est pour nous autres! On a qu’à ouvrir les yeux un tout petit peu pour voir qu’il y a des gens bien ordinaires qui prennent le chemin des béatitudes.

Il n’y a pas si longtemps quelqu'un me faisait part de son admiration devant la miséricorde des gens;  il voyait une béatitude en train de se réaliser.

De temps à autre, je reçois des lettres où il est question de la torture dans notre monde,  des persécutions.  Je me dis qu’il y a des personnes qui ont soif de justice et de paix.   Je pense que nous en sommes aussi! "Heureux les Artisans de Paix". 

Assez souvent,  je rencontre des personnes qui ont traversé des moments pénibles, des épreuves, en mettant leur confiance dans le Seigneur.  Ces personnes-là, ce sont ceux que Jésus décrit comme les pauvres de cœur, les cœurs purs.  Ces exemples nous permettent de constater que les béatitudes ne sont pas le lot des privilégiés, mais aussi de personnes bien ordinaires comme nous autres.

 

 

 

 

On peut se poser une question! Quelles sont les personnes que nous estimons le plus?  Celles qui ont le cœur dur ou celles qui sont miséricordieuses? Celles qui agissent avec violence ou celles qui se comportent avec douceur? Celles qui changent d'idées tous les jours ou celles qui sont droites, fidèles? Celles qui mentent ou fuient devant les difficultés ou celles qui demeurent au poste? Je me dis que si on a de l'admiration pour les personnes qui vivent des béatitudes, c'est sans doute parce qu’on en a le goût et qu’on a déjà pris les chemins donnés par Jésus.

Dans la 2e lecture aujourd’hui, St Paul invite les Corinthiens, des gens bien ordinaires, sans grande instruction, sans richesse, sans aucun pouvoir, à vivre dans la Sagesse de Dieu et dans l’esprit des béatitudes. La même invitation nous est lancée aujourd’hui.

Comment pourrait-on être des disciples de Jésus

-sans chercher, jour après jour, à nous fabriquer un cœur de pauvre,

-sans chercher à être de plus en plus doux, de plus en plus droits et miséricordieux?  Comment pourrait-on être des disciples de Jésus

sans lutter pour la justice et la paix et

sans tenir ferme aux jours de persécution et de moquerie?

C'est certain qu'on ne vit pas tous les Béatitudes avec la même perfection.  On peut être plus ou moins doux, plus ou moins miséricordieux, plus ou moins pauvres de cœur, mais on ne peut pas les mettre de côté en se disant qu’elles ne sont pas pour nous autres.   

On pourrait dire de l’Eucharistie qu’elle est la fête du bonheur pour le salut donné.  La traduction plus littérale des béatitudes serait justement:  "Ah, le bonheur des pauvres de cœurs; ah le bonheur des doux, des miséricordieux".  Puissions-nous, au cours de cette eucharistie, entendre le Seigneur nous dire:  "

Ah le bonheur de ceux et celles qui m'ont trouvé; ah le bonheur que vous avez, parce que c'est pour des gens comme vous que je viens; ah le bonheur de ceux et celles qui prennent mes chemins, parce qu'ils sont prêts à entrer dans le Royaume des cieux.

 

Poursuivons notre prière.