Paroisse Notre-Dame de l'Eau Vive

Homélie de Mgr Jean-Charles Dufour du 19 décembre 2010


Avent – 4e dimanche

 

En ce dernier dimanche avant Noël, avec la belle crèche qui est devant nous, nos yeux se portent vers les parents de l’enfant qui va naître : Joseph et Marie, deux jeunes, entre quinze et vingt ans, qui ont fait ensemble le beau projet de devenir époux.  Ils connaissent ce temps de bonheur que sont les fiançailles.  Ils sont des fiancés heureux. 

Mais, avant même qu’ils aient habité ensemble,  Marie annonce à Joseph qu’elle est enceinte et Joseph est bien placé pour savoir qu’il n’y est pour rien.  C’est tout son rêve de bonheur qui s’envole.  Je ne sais pas ce que vous auriez fait à la place de Joseph, piquer une bonne colère à Marie, lui demander des explications.  Alors Joseph, qui est un homme juste, décide de la répudier en secret, sans la dénoncer publiquement.  C’est un homme juste!  Joseph veut appliquer la loi de Moïse, mais sans que Marie en soit victime.  On voit que, pour lui, la loi est d’abord un instrument au service de la vie.  On sait très bien que Jésus fera toujours de même.

Joseph n’est pas n’importe quel homme, comme Marie n’est pas n’importe quelle femme.  Il est un de ces hommes simple et droit qui ont mis leur confiance en Dieu sans revenir en arrière.  C’est un homme juste.   

Chaque semaine, il va dans la synagogue de son village pour écouter la Parole de Dieu.  Comme tous les siens, il sait ce que les prophètes disent du Messie et il a sans doute entendu, comme nous aujourd’hui,  la lecture d’Isaïe qui annonce que le Messie naîtrait d’une jeune vierge et qu’on l’appellerait Emmanuel.  Cette Parole de Dieu, il l’a sans doute médité en silence.  Comme tout son peuple, il attend le Messie annoncé et il sait qu’il viendra.  Il a confiance en Dieu : il sait très bien que ce que Dieu dit, il le fait.  C’est un homme juste parce qu’il sait s’ajuster à la volonté de Dieu.

Dans notre vie, nous pouvons très bien vivre des situations semblables à celle de Joseph.  Comme lui, nous pouvons vivre des événements que nous n’avons pas choisis : incapacité d’avoir des enfants, arrivée d’un enfant inattendu ou malade,    grands adolescents qui nous donnent du souci, enfants adultes qui suivent un chemin qui nous fait souffrir. Dans toutes ces situations, nous sommes bien tentés de nous passer de Dieu. Il me semble que Joseph vient nous dire quelque chose quand ça nous arrive.

Je disais tantôt que Joseph cherche à s’ajuster à la volonté de Dieu. On voit, dans l’Évangile, que Dieu lui demande de revenir sur sa décision en lui confiant une double mission : celle de prendre Marie chez lui pour son épouse, et celle de donner son nom à l’enfant, c'est-à-dire de devenir son père légal, de « prendre un enfant pour le sien » comme le chante si bien Yves Duteil. 

Et Joseph « fit ce que l’ange lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse. » Il me semble que ça vient nous poser une question.  Acceptons-nous que Dieu modifie nos projets comme il a modifié ceux de Joseph, pour nous les rendre autrement, je dirais même, nous les rendre transformés?

Je dis bien « pour nous les rendre transformés ».  C’est bien ce qui arrive à Joseph et à Marie. Ce qui est unique dans leur histoire, c’est la conception virginale de l’enfant. « L’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint ».  Au lieu de laisser aller notre imagination, comprenons que cette naissance est bien spéciale parce qu’elle porte la signature de Dieu, qu’elle est l’œuvre de Dieu, et qu’elle nous dépassera toujours infiniment.

Je disais tantôt que Joseph connaissait la description que les prophètes donnaient du messie, qu’il laissait revenir dans sa mémoire les paroles que le prophète Isaïe avait prononcées huit siècles auparavant : « Voici que la vierge concevra et elle mettra au monde un fils auquel on donnera le nom d’Emmanuel, c'est-à-dire Dieu avec nous. »  Joseph comprend maintenant, dans son cœur, que cette Parole s’accomplit pour lui.  Il sait au plus profond de lui-même que la longue attente du peuple juif, c’est aujourd’hui qu’elle se réalise. C'est sans aucun doute le plus beau moment de sa vie.

Ces jeunes parents, Marie et Joseph deviennent la terre d'accueil, le point de contact entre Dieu et l'humanité,  le point culminant de l'histoire du monde: Dieu infiniment grand se prépare à entrer dans l'humilité de notre existence.  Grâce à l’accueil conscient de deux jeunes fiancés, Dieu vient chez nous et parmi nous pour nous transformer et faire de nous des êtres neufs, filles et fils de Dieu.

Joseph a su aller au-delà des apparences.  Il n’a pas eu peur de répondre à l’appel de Dieu, à lui dire oui.  Nous avons souvent peur de nous affirmer comme croyants.  Demandons à Joseph et à Marie de nous apprendre à dire oui à Dieu, jour après jour,  à dire oui à un Dieu qui vient modifier nos projets pour nous les rendre autrement et transformés.  

Quel beau et bon Noël nous passerions cette année, si notre foi était aussi simple, aussi vive et aussi profonde que celle de Joseph,  si nous savions prendre chez nous le Fils de Marie, L’Emmanuel, « Dieu avec nous ».

Poursuivons notre prière.