Paroisse Notre-Dame de l'Eau Vive

Homélie de Mgr Jean-Charles Dufour du 8 août 2010


19e dimanche ordinaire

Il est question d’attente dans l’évangile.  Et comme il nous arrive souvent d’attendre dans notre vie, je me suis d’abord demandé quelles étaient nos expériences de l’attente. 

Il y a des attentes qui se vivent avec de la crainte ou de la peur. On attend dans le bureau du médecin et on s’attend à de mauvaises nouvelles!  On a posé un geste déplaisant envers quelqu’un et on s’attend à des représailles! On doit passer en cour et on craint un jugement défavorable!  Le système d’alarme se déclenche et on se demande si c’est une fausse alarme, un début d’incendie, quelqu’un qui vient de s’introduire par effraction.  On sait qu’il y a une épidémie de vol par effraction dans notre secteur et on devient un petit peu craintif.  Il y a des attentes qui se vivent dans la crainte ou la peur.

Jésus vient de nous dire qu’il va revenir un jour et il nous invite à nous mettre en état d’attente.  Est-ce que nous l’attendons dans la peur?  Vous vous souvenez sans doute, pour la plupart, des anciens prédicateurs de retraite!  Plus ils nous faisaient peur, plus ils étaient bons.  Vous vous souvenez de cette parabole où un serviteur qui attendait le retour de son maître avait enfoui son talent parce qu’il avait peur de son maître. Est-ce qu’on a peur du retour du Seigneur?  Est-ce qu’on le voit toujours comme un juge implacable? Est-ce qu’on a oublié que Jésus, lors de la première venue, est né dans une crèche d’animaux et qu’il a été crucifié comme un voleur? Dès le début de l’évangile tantôt, Jésus disait : « Sois sans crainte, petit troupeau, car votre Père a trouvé bon de vous donner le Royaume. »

On peut attendre aussi dans l’impatience et la mauvaise humeur. Nos enfants sont sortis, on a convenu d’une heure d’entrée et ils n’arrivent pas à l’heure convenue.  On a donné un rendez-vous à quelqu’un et ça fait une heure qu’il est en retard. On peut attendre le Seigneur comme ça!  On trouve qu’il n’arrive pas quand on a besoin de lui.  On le prie mais on pense qu’il n’écoute pas nos prières.

On peut attendre encore dans l’amour! Parfois, pour la célébration de leur mariage, les couples choisissent un texte du Cantique des Cantiques où la fiancée guette le retour de son fiancé à travers le treillis.  C’est une attente qui prend une toute autre couleur. On se prépare; on est fébrile, on reste bien réveillé!  On est déjà dans le bonheur, un bonheur qui va s’épanouir à l’arrivé de l’amoureux.  Il me semble que Jésus aujourd’hui nous invite à vivre cette forme d’attente, à l’attendre dans l’amour.

 

Chaque semaine, nous célébrons la fête d’un saint ou d’une sainte,  la fête de quelqu’un qui attendait dans l’amour. Par exemple, aujourd’hui, c’est aussi la fête de St Dominique. Lui aussi attendait avec amour!

Comme il désirait devenir prêtre, il avait entrepris des études en théologie. Mais, à un moment donné, une grande famine survint dans le pays.  Alors Dominique décida  de vendre tous ses livres afin de pouvoir aider les pauvres.  Il faut savoir qu’il n’y avait pas de livres imprimés à l’époque, mais des parchemins qui coûtaient très chers. Pourtant, Dominique n’a jamais pensé que le Seigneur lui imposait des gros sacrifices ou des renoncements énormes parce qu’il agissait par amour.  Dans l’Évangile, Jésus disait : « Vendez ce que vous avez et donnez-le en aumône »  Il veut bien moins nous imposer de renoncer à tous nos biens et bien plus nous inviter à sortir notre cœur du coffre-fort, ce qu’a fait St Dominique.

Il y a 2000 ans, Jésus est venu comme un enfant déposé dans une crèche.  Il reviendra, pas comme un voleur qui vient se saisir de nos biens, pas comme un retardataire qui ne respecte pas ses rendez-vous, mais comme un amoureux, comme une belle surprise, comme la prière exaucée de ceux et celles qui l’attendaient avec amour.  On peut penser à Marie, au vieillard Siméon, à la prophétesse Anne, à ces foules qui s’accrochaient à ses paroles.

Jésus nous invite à l’attendre aujourd’hui dans l’amour.  Je ne dis pas que c’est facile!  Mais faisons-lui confiance!  Rappelons-nous qu’il nous a choisis, chacun et chacun et que son choix est irréversible.  St Paul le disait en affirmant : « Si nous sommes infidèles, lui reste fidèle, car il ne peut pas se renier lui-même ».

Au cours de notre célébration, demandons avec insistance au Seigneur de nous faire vivre dans une attente amoureuse, de nous garder dans une fidélité qui est ouverte sur l'avenir, dans une ouverture à tout ce que Dieu, dans son dessein d'amour, veut déployer dans notre vie.

 

Poursuivons notre prière.