Paroisse Notre-Dame de l'Eau Vive

Homélie de Mgr Jean-Charles Dufour du 5 juillet 2009


14e dimanche ordinaire

Trois lectures et des situations semblables!

Dans la 1e,  on voit le bon Dieu choisir Ézéchiel pour l’envoyer vers un peuple de rebelles, vers des gens qui ont le cœur obstiné.  Le prophète, devant cette mission, on le comprend, se sent faible et fragile;  il pense qu’il n’a pas les capacités nécessaires pour remplir sa tâche. Pourtant aujourd’hui, on sait qu’il a été un merveilleux serviteur, un prophète extraordinaire parce que la force de Dieu était avec lui.

Presque la même situation pour St-Paul qui déclare avoir « Une écharde dans la chair. » Qu’est-ce que c’était? On ne le sait pas!  Mais c’était quelque chose qui l’humiliait et le faisait souffrir.  Il y avait bien d’autres choses qui le faisaient souffrir aussi!  Il nous le dit : « Les insultes, les contraintes, les persécutions, les situations angoissantes ». Comme Ézéchiel, il a fait l’expérience de la faiblesse.

Mais lui aussi, comme Ézéchiel, a été un serviteur extraordinaire parce que la puissance de Dieu était avec lui.  On sait qu’il a converti beaucoup de monde, fonder de nombreuses communautés d’Église, réaliser des choses impressionnantes. En vivant cette expérience, il pouvait déclarer :

" La puissance de Dieu donne toute sa mesure dans la faiblesse ". 

Presque la même situation encore dans l’Évangile!  Les proches de Jésus, qui étaient pourtant des croyants et des pratiquants, étaient choqués à cause de lui.  Ce qui fait que Jésus s’étonne de leur manque de foi, qu’il ne peut faire beaucoup de miracles, et qu’il est même obligé de changer de projet pour s’en aller vers d’autres villages.  On voit que le cœur de l’homme est capable de paralyser le bon Dieu.  « N’est-il pas le fils de Marie », disent les gens. Mettez-vous à la place de Marie, un moment! Elle découvre que son Fils n’est pas aimé ni accueilli, que, à la manière d’Ézéchiel et de Paul, il doit exercer sa mission en empruntant un chemin d’humilité et de pauvreté qui ira jusqu’à la croix, signe de la faiblesse extrême.  Apparemment tout est perdu!  C’est la défaite totale.  Et pourtant, la puissance de Dieu était avec lui et  il remportera la plus grande victoire qu’on puisse imaginer, la victoire de la vie sur la mort.

Trois situations presque pareilles : des situations de faiblesse et des situations de puissance, de la puissance de Dieu. On retrouve la même chose dans notre propre vie.

Nous faisons l’expérience de la faiblesse, dans notre vie humaine d’abord.   

·        On n’est pas aussi productif que notre société le demande.

·        On se considère comme des petits, des inconnus parmi tant d’autres.

·        On n’est pas riche; on n’a pas de pouvoir, pas assez d’instruction.

·        On n’a pas les talents qu’il faut pour faire ce qu’on nous demande.

Même expérience de faiblesse dans notre vie de croyants! Nous sommes des baptisés, des témoins de Jésus, des prophètes, nous avons une mission à remplir, mais il nous semble qu’on nous demande quelque chose qui est au-dessus de nos forces. On se sent petits et faibles.

Chez Ézéchiel, Paul et Jésus on voit que

" La puissance de Dieu donne toute sa mesure dans la faiblesse ". 

C’est ça qu’il faut mettre dans notre cœur aujourd’hui.  Nous sommes appelés à être des prophètes, avec la grâce de Dieu qui rend les plus faibles capables de faire des merveilles.

On peut le voir dans notre monde.  Il y a plein de ces petits qui sont grands aux yeux de Dieu, pleins de ces faibles qui sont forts à cause de Dieu et pour lui.  On n’a qu’à penser à mère Teresa, une femme bien simple, qui a soulevé le monde par son amour incroyable des pauvres.  Il y a un président africain qui déclarait dans un discours : « Nous n’avons pas la puissance d’envoyer des vaisseaux dans l’espace, mais nous pouvons lancer des fusées d’amour vers tous nos semblables où qu’ils soient. »  Comme au temps du Christ, il y a toujours aujourd’hui,  des prophètes qui fréquentent des samaritains hérétiques, des Marie-Madeleine parfumées, des Zachée scandaleux.

" La puissance de Dieu donne toute sa mesure dans la faiblesse "

Au cours de notre célébration, en croyant que tout ce qui est bon vient de Dieu, reconnaissons d’abord les dons que le Seigneur nous a faits.  En le faisant, c’est le donateur lui-même que nous accueillerons. Laissons entrer dans notre cœur, comme un grand rayon de soleil. la force et la puissance du Seigneur;  c’est elle qui nous rend capable d’être prophète et de faire des merveilles.

 Poursuivons notre prière.